Quand tu nous prends… Littérature!

Par Amina Dakhia-Benelhadj

Archive pour la catégorie 'Général'

T.D. 03 : A une passante

Posté : 13 février, 2009 @ 9:28 dans Général | Pas de commentaires »

A UNE PASSANTE 

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ; 

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son œil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue

Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beau
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éterni ? 

Ailleurs, bien loin d’ici ! Trop tard ! Jamais peut-être !
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais ! 

                                                           Baudelaire, Les Fleurs du mal 

Analyse formelle du poème : 

-         Ce poème est composé de 04 strophes. 

-         Les deux premières se composent de 04 vers. Il s’agit donc de quatrain. 

-         La troisième et la quatrième strophe se composent quant à elle de 03 vers. Il s’agit donc de tercet. 

-         Le rythme : 

-         Voir sur le poème. Chaque vers se compose de 12 pieds. Il s’agit donc d’alexandrins. 

-         Les rimes : 

*      Dans le premier quatrain : les rimes sont embrassées. La première est masculine et pauvre, la seconde est féminine et riche. 

*      Dans le deuxième quatrain : les rimes sont embrassées. La première est féminine et pauvre, la seconde est masculine et suffisante. 

*      Les deux tercets présentent deux rimes croisées et une rime plate. Pour les rimes croisées ; les deux sont féminine : la première pauvre et la deuxième riche. La rime plate est quant à elle masculine et pauvre. 

- Sonorité : 

*      Nous relevons dans la première strophe une double allitération des deux sons [s] et [z] qui se répètent 11 fois. 

*      Même chose pour la seconde strophe où les deux sons se répètent 09 fois. 

*      Nous relevons dans la troisième strophe une allitération du son « r » qui se répète 07 fois. 

*      Nous relevons dans la 4ème strophe une allitération du son « t » qui se répète 08 fois. 

- Enjambement : 

*      Le vers 5, il constitue du point de vue de la structure une sorte d’enjambement sur le deuxième quatrain  

Figures de style : 

*      Nous relevons dans le premier vers la personnification de la rue par l’emploi du verbe ‘hurler’ 

*      Nous notons une métaphore au 5ème vers où la femme est comparée à une statue. 

*      Une comparaison peut également être relevée au vers 7 entre le regard de la passante et le ciel livide. 

Progression thématique: 

*      La première strophe fait la description de la cohue et du bruit d’une rue où apparaît une femme d’une extrême beauté.

*      La deuxième strophe met en scène la parésie du poète devant la douceur et la beauté de cette passante.

*      Dans la 3ème strophe, l’éclaire fait référence à la rencontre entre le poète et la mystérieuse passante. Le poète en tombe amoureux et se demande s’il peut la revoir.

* La dernière strophe continue sur l’intérrogation du poète sur une possibilité de voir sa dulcinée dans l’éternité.

Posté : 16 janvier, 2009 @ 7:27 dans Général | Pas de commentaires »

Connaître, comprendre et partager vos connaissances vont être les trois principales actions dans le noble métier que vous avez choisi. 

Alors… A vous de jouer!  

 

Le Collectif des Défenseurs... |
au bois de mon coeur |
bibliovoresclub |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Univers de Tungaten
| henzzo
| naruto vs sasuke