Quand tu nous prends… Littérature!

Par Amina Dakhia-Benelhadj

Archive pour la catégorie 'Georges Brassens'

HEUREUX QUI COMME ULYSSE

Posté : 5 février, 2009 @ 6:23 dans Divertissement, Georges Brassens | 1 commentaire »

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Heureux qui comme Ulysse a vu cent paysages
Et puis a retrouvé après maintes traversées
le pays des vertes années
Par un petit matin d’été quand le soleil vous chante au coeur
qu’elle est belle la liberté la liberté
Quand on est mieux ici qu’ailleurs quand un ami fait le bonheur
qu’elle est belle la liberté la liberté
Avec le soleil et le vent avec la pluie et le beau temps
On vivait bien content mon cheval ma Provence et moi
mon cheval ma Provence et moi
Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Heureux qui comme Ulysse a vu cent paysages
Et puis a retrouve après maintes traversées
le pays des vertes années
Par un joli matin d’été quand le soleil vous chante au coeur
qu’elle est belle la liberté la liberté
Quand s’en est fini des malheurs quand un ami sèche vos pleurs
qu’elle est belle la liberté la liberté
battu le soleil et le vent perdu au milieu des étangs
On vivra bien content mon cheval ma Camargue et moi
mon cheval ma Camargue et moi

CHANSON POUR L’AUVERGNAT

Posté : 5 février, 2009 @ 6:12 dans Divertissement, Georges Brassens | Pas de commentaires »

 CHANSON POUR L'AUVERGNAT dans Divertissement brassenspipe 

Elle est à toi, cette chanson, toi l’Auvergnat qui, sans façon,
M’as donné quatre bouts de bois, quand dans ma vie il faisait froid,
Toi qui m’as donné du feu quand, les croquantes et les croquants,
Tous les gens bien intentionnés, m’avaient fermé la porte au nez
Ce n’était rien qu’un feu de bois, mais il m’avait chauffé le corps,
Et dans mon âme il brûle encore, à la manière d’un feu de joie.

Toi l’Auvergnat, quand tu mourras, quand le croque-mort t’emportera
Qu’il te conduise, à travers ciel, au Père éternel.
Elle est à toi cette chanson, toi l’Hôtesse qui sans façon
M’as donné quatre bouts de pain, quand dans ma vie il faisait faim,
Toi qui m’ouvris ta huche quand, les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés, s’amusaient à me voir jeûner.
Ce n’était rien qu’un peu de pain, mais il m’avait chauffé le corps,
Et dans mon âme il brûle encore à la manière d’un grand festin.
Toi l’Hôtesse quand tu mourras, quand le croque-mort t’emportera,
Qu’il te conduise, à travers ciel, au Père éternel
Elle est à toi cette chanson, toi l’Étranger qui sans façon
D’un air malheureux m’as souri lorsque les gendarmes m’ont pris,
Toi qui n’as pas applaudi quand, les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés, riaient de me voir amené.
Ce n’était rien qu’un peu de miel, mais il m’avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brille encore, à la manière d’un grand soleil.
Toi l’étranger quand tu mourras, quand le croque-mort t’emportera,
Qu’il te conduise, à travers ciel, au Père éternel 
  

BALLADE DES DAMES DU TEMPS JADIS

Posté : 5 février, 2009 @ 5:32 dans Divertissement, Georges Brassens | Pas de commentaires »

Dictes-moy où, n’en quel pays,est Flora, la belle Romaine,Archipiada, ne Thaïs,qui fut sa cousine germaine
Echo, parlant quand bruyt on maine dessus rivière ou sus estan,
Qui beauté eut trop plus qu’humaine ? Mais où sont les neiges d’antan !
Qui beauté eut trop plus qu’humaine ? Mais où sont les neiges d’antan !
Où est la tres sage Heloïs, pour qui chastré fut et puis moyne Pierre Esbaillart à sainct-Denis ?
Pour son amour eut cest essoyne.Semblablement, où est la royne qui commanda que Buridan
Fust gecté en ung sac en Seine ? Mais où sont les neiges d’antan !
Fust gecté en ung sac en Seine ? Mais où sont les neiges d’antan !
La royne Blanche comme ung lys, qui chantoit à voix de sereine, Berthe au grand pied,Bietris, Allys,
Harembourges, qui tint le mayne, Et jehanne,la bonne Lorraine, qu’Anglois bruslèrent à Rouen
Où sont-ils Vierge souveraine ? Mais où sont les neiges d’antan !
Où sont-ils Vierge souveraine ? Mais où sont les neiges d’antan !


Prince, n’enquerez de sepmaine où elles sont, ne de cest an,
Que ce refrain ne vous remaine, Mais où sont les neiges d’antan !
Que ce refrain ne vous remaine, Mais où sont les neiges d’antan ! 

 

Le Collectif des Défenseurs... |
au bois de mon coeur |
bibliovoresclub |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Univers de Tungaten
| henzzo
| naruto vs sasuke